Lanthanotus borneensis

Lanthanotus borneensis

Taxonomie

 

Règne : Animalia
 
Embranchement : Chordata

 

Classe : Reptilia/ Sous-classe : Lepidosauria

 

Ordre : Squamata/ Sous-ordre : Platynota

 

Famille : Lanthanotidae 

 

Genre : Lanthanotus

 

 
C’est un lézard attisant la curiosité de beaucoup de scientifiques, découvert en Malaisie, plus précisément dans la région de Malawak, ce lézard est considéré comme un « Graal » en herpétologie.
Cette espèce atteint les 40cm, il a un physique vraiment atypique, en effet, ses yeux sont de tailles très réduites, ses oreilles, ou du moins ses tympans serait absent visuellement,  comme le Tympanocryptis tetraporophora, bien qu’il serait tout de même capable d’entendre.
De mœurs fouisseuses et semi-aquatiques, ce lézard est nocturne ce qui en fait une espèce difficile observer.
 
Lanthanotus borneensis 2
 
Maintenance :
 
Un terrarium de 1m*50*50 convient pour un duo.
Ce dernier devra être rempli d’une bonne épaisseur de substrat pour permettre eu lézard de s’enfouir, composé d’humus de coco, de sphaigne, terra non traitée.
Un grand bassin devra être également mis à disposition, pouvant aller jusqu’à la moitié du terrarium, l’eau de ce dernier devra être chauffé pour atteindre une moyenne entre 27 et 30°c.
Dû aux mœurs de cette espèce, il n’y aura pas l’utilité de fournir des branches ou décoration en hauteur, cependant ne pas négliger de fournir de nombreuses cachettes au sol voir dans le sol, qui seront solide pour éviter les écroulements et ne seront pas un danger pour les lézards.
Au point chaud, une température de 33°C est idéal, et 25°C au point froid.
Dû aux mœurs de cette espèce, il n’y aura pas l’utilité de fournir des branches ou décoration en hauteur, cependant ne pas négliger de fournir de nombreuses cachettes au sol voir dans le sol, qui seront solide pour éviter les écroulements et ne seront pas un danger pour les lézards.
Une hygrométrie aux alentours des 70-80% est nécessaire, de ce fait des pulvérisations plusieurs fois par semaine seront nécessaires, tout en gardant une zone « sèche » sur la partie terrestre.
Au niveau de l’alimentation, cette espèce est connue pour manger en captivité des vers de terre, du calamar, du poisson (morceau), du foie.
L’apport de vers de farine, vers morios devrait être accepté.
 
Une hivernation aux alentours des 17°c ne sera que bénéfique pour la reproduction, cette espèce est ovipare.
 
Lanthanotus borneensis 3
 
Cette fiche est exhaustive, en effet, cette espèce étant d’une rareté extrême, il est impossible de s’en fournir à des fins personnelles, telles que la maintenance en captivité chez nous, particulier.
Il est sujet d’étude scientifique, car il serait considéré comme « un fossile vivant », et même dans ces conditions il reste difficile de s’en procurer.
Il ressemble beaucoup à une espèce vieille de 70 millions d’années originaire de Mongolie, aujourd’hui éteinte, et sa morphologie est assez particulière pour justifier qu’il ait sa propre branche dans l’arbre généalogique des lézards.
Avant l’application des législations actuelle, les animaux étaient prélevés à leur environnement, mais mourraient bien souvent avant d’arriver à destination ou dans l’année qui suivait son adaptation à la captivité.
 
SOURCE : Diane Friscia sur le blog des curiosites terrariophiles