Cyclodomorphus gerrardii

Cyclodomorphus gerrardi

Infra-ordre : Scincomorpha │ Famille : Scincidea │Sous famille : Egerniinae │ Genre : Cyclodomorphus
 
Nom commun : Scinque à langue rose.
 
Moeurs : Nocturne à tendance diurne, semi-arboricole.
 
Cette espèce est endémique d'Australie.
Elle se rencontre au Queensland et en Nouvelle-Galles du Sud.
 
Ce lézard est un relativement grand, jusqu'à 45 cm, il possède un corps long et élancé.
Le cou est bien démarqué, la tête est plus large chez les mâles que chez les femelles.
Il a une couleur de fond gris foncé/crème avec des bandes transversales brunes ou noire, ces bandes sont plus marquées chez les mâles.
La face ventrale est blanc crème.
Les écailles sont lisses, sur la tête, elles sont de couleur plus foncée.
Tous les jeunes sont marqués avec des bandes transversales noires prononcées sur une couleur de fond gris très clair.
Il y a plusieurs taches sombres sur leurs têtes, en particulier sous les yeux, mais également, ils ont la particularité d'avoir leurs langues bleues, elle ne devient rose qu’au cours de la croissance.
 
Cyclodomorphus gerrardi 2
 
Cette espèce, malgré qu’elle soit peu commune est en réalité très simple à maintenir.
 
Terrarium :  100*50*50 pour un spécimen, en effet, étant assez arboricoles, on doit donc répondre à ce besoin,  jonché de diverses branches et racines assez solides et épaisses pour supporter leurs poids, mais attention à utiliser des matériaux qui ne pourrissent pas à l'humidité ambiante.
 
Température : Un point chaud à 32°c et un point froid à 26°c le jour, la nuit peux aisément descendre jusqu'au 22°c.
 
Hygrométrie : 70% doivent être maintenu constamment au moins dans une cachette humide, le reste du terrarium devra être vaporisé chaque jour.
 
UVB : 5% doivent être fournis.
 
Alimentation : Particulière, ces lézards consomment à 90% des gastéropodes, c'est-à-dire des escargots en quantité et surtout de taille adaptée pour qu’ils puissent casser la coquille avec leur mâchoire, on peux également, s'ils l'acceptent, fournir des teignes de ruches et des vers de terre. Les 10% restant dans leur alimentation sont complétés par des végétaux, qu’ils peuvent refuser si l’on les habituent trop tard à en consommer.

Vidéo d'un scinque en train de manger : 
 
 
Sexage : Éversion des hémi-pénis ou endoscopie, à partir d'une trentaine de centimètres pour la fiabilité.
Il n'y a pas de dimorphisme sexuel fiable.

 

Reproduction : Vivipare.
Une hivernation est a appliqué pour stimuler la reproduction sur 2 à 3 mois laissant la température tomber jusqu'à 16°c.
La gestation dur une centaine de jour, la femelle donnera 10 à 30 juvéniles.
 
Cyclodomorphus gerrardi 3
 
SOURCE : Diane Friscia sur le blog des curiosites terrariophiles