Tribolonotus gracilis

Tribolonotus gracilis

Infra-ordre : Scincomorpha    Famille : Scincidae    Sous-famille : Egerniinae    Genre : Tribolonotus 

Nom communScinque crocodile aux yeux orange.

 

Cette espèce se trouve en Irian Jaya, Papouasie Nouvelle Guinée, îles Salomon, Nouvelle Calédonie.

Elle mesure environ 15 à 20 centimètres pour un poids de 40 à 70 grammes.

Le contour orangé de leurs yeux n’apparaît que plus tard, en effet les juvéniles possèdent une coloration marron qui avec le temps laisse place à cette particularité aux yeux.

Sur le dos il y a 4 rangées de piques, ayant la tête en triangle ce lézard à l'aspect d'un crocodile.

Crépusculaire et nocturne, c'est avant tout une espèce fouisseuse que l'on peut trouver sous des souches pourries et très humides, ou dans des dédales de galeries qu'il creuse dans le sous-sol forestier, toujours très près des cours d'eau

Cet animal est d'un naturel calme, ne mord que s'il se sent menacé ou manipulé molestement.

Les jeunes ont la faculté de "faire le mort" s'ils sont effrayés.

La longévité de l'espèce est estimé à 10/15ans.

 

Tribolonotus gracilis 2

 

Terrarium : Malgré la taille modeste de cette espèce, un terrarium de minimum 100*40*40cm est nécessaire pour un couple.

Une partie aquatique est très importante, car lors des hausses de températures le Tribolonotus aura la possibilité de se "rafraîchir" dans le bassin.

Il faudra mettre en place une pompe afin de pouvoir filtrer le fond et avoir une bonne oxygénation de l'eau.

Pour ce qui est de l'aménagement du bassin on pourra mettre des plantes mais surtout des roches et souches afin d'éviter les risques ne noyades même si le Tribolonotus est très bon nageur.

Des poissons et / ou crevettes peuvent y être insérés.En ce qui concerne les cachettes, il faudra fournir mettre plusieurs souches, écorces, noix de coco, le tout bien stabilisé pour éviter tout écroulement et diminuer les risques de blessure de l'animal lorsqu’il s'enfuira dans le sol.

Substrat : Un substrat humide composé d'humus de coco, de feuilles mortes et de tourbe sur une épaisseur d'environ 15cm est idéal, car c'est une espèce fouisseuse.

Il faudra aussi au fond 3-4 cm de billes d'argile pour le drainage, ainsi éviter le pourrissement du sol, recouvert d'un feutre géotextile afin qu'il n'y est pas de mélange.

Température : Le point chaud devra être de 28°C, sans jamais dépasser les 30°c, un gradient devra être fait jusqu’au point froid qui devra se limiter a 23°c.

La nuit l'ensemble du terrarium devra être compris entre 17°c et 20°c.

Attention car cette espèce est très sensible aux températures élevées.

Hygrométrie :  Il doit y avoir un taux hygrométrique élevé d'un ordre de 60% le jour et 90% la nuit.

Pour cela un terrarium naturel avec de vrai plante et un substrat retenant l'humidité est l'idéal pour obtenir une humidité minimum, il sera tout de même nécessaire de pulvérisé le terrarium au moins une fois par jour.

UVB : Malgré ses mœurs nocturnes, un apport de 5.0 semble nécessaire pour cet animal.


 En effet, certains spécimens élevés au Zoo de Dallas (Texas) ont présenté des troubles de l'alimentation, une léthargie, une anorexie et des lésions bactériennes rapidement améliorées en quelques jours avec une exposition quotidienne d'UVB. Après plusieurs mois de traitement préventif, les lézards n'ont plus représentés ces symptômes.

 

Alimentation : Principalement insectivore, ce reptile apprécie les blattes, les criquets, les grillons, mais aussi des teignes, des vers de terre, même parfois des fœtus de souris.

Sexage : Il y a trois façons de sexer un cette espèce.

La premiere est sur la base de la taille, les mâles sont sensiblement plus grands que les femelles.

La deuxième différence est que mâles ont de petits, pores ou tampons (blanc, crème, gris) au troisième, quatrième et cinquième orteil des pattes arrières, sur le dessous de ces derniers, ces pores sont absents chez les femelles.

Leur but est inconnu, mais il est spéculé qu'elles peuvent produire un parfum utilisé pour le marquage territorial.

La troisième méthode de différenciation des sexes est par la présence d'écailles ventrales larges au milieu de l'abdomen présentes chez les mâles, mais absentes chez les femelles.

Reproduction : Ovipare.
La maturité sexuelle arrive tard, vers 3/4ans.

Les œufs sont déposés sous des pierres ou des écorces, l'incubation dure en moyenne 60 jours (de 42 à 83 jours) et la femelle surveille le lieu de ponte.

Le ratio mâle/femelle n'est pas influencé par la température d'incubation (avec une température de 22 à 27°).

Pour retirer les œufs du terrarium, il faut le faire lorsque les parents ce sont absentés du site de ponte, pour ne pas les stresser. 

Il émet un cri à la manière de certains geckos lorsqu'il est manipulé, ou lorsque la femelle perçoit un danger pour sa progéniture.

Le comportement parental est particulièrement développé chez les Tribolonotus, et une fois les jeunes éclos, ils peuvent se réfugier sur le dos de leur propre mère qui veillera sur eux jusqu'à ce qu 'ils soient assez autonomes.

Les mâles sont moins attentifs mais ne manifestent aucune hostilité envers les jeunes.

Tribolonotus gracilis 3

 

SOURCE : Diane Friscia sur le blog des curiosites terrariophiles